• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Réussir mon concours de danse à Montréal

Réussir mon concours de danse à Montréal - Gary Bell

Depuis plus de 8 ans, je nourris un rêve, celui d'entrer dans une école de danse. On dit qu'elle serait la meilleure de toute la région. Pour y arriver, je dois travailler dur, très dur, même si j'ai un talent inné. Ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas gagné d'avance.

Un amour d'enfance

Depuis tout petit, j'ai toujours aimé la danse. Je l'ai en moi, le rythme, le son, le beat, c'est ce qui me fait vivre. Oups, je veux dire, je vis pour elle. Heureusement, ma famille me soutient depuis toujours, surtout ma mère pour qui la danse a aussi été une passion durant toute sa vie. Cependant, être un homme veut dire, prendre ses responsabilités et affronter la vie, tomber, se relever et avancer. C'est ce que j'ai prévu de faire, surtout que j'ai connu de multiples échecs durant ma petite carrière de conseiller financier Montréal.

Je repars à l'épreuve

La date de l'audition pour l'entrée à cette école de danse arrive bientôt, et je dois redoubler d'efforts. Les deux derniers essais ont été les pires expériences de ma vie, un échec cuisant à cause de cette fichue piste qui glissait. Peut-être que c'était de ma faute aussi. De toute façon, l'heure n'est pas à la déprime, le moral est bon, le physique y est. Reste à travailler ma chorégraphie pour assurer au jour de l'audition finale. De plus, je me suis même inscrit à quelques cours que donne une amie, histoire de parfaire ma technique et de rendre ma prestation plus professionnelle. Une fois, ce palier franchi, le reste sera facile, comme de l'eau à boire.

Le jour fatidique

Juste que le fait d'y penser me donnait le vertige. Le soir précédant l'audition. Je n'ai pas pu fermer l'œil. J'ai passé une bonne partie de la nuit à réviser mes pas, ma chorégraphie, mes figures d'inspiration américaine. Après quelques petites heures de sommeil, la confiance était revenue peu à peu, et je me sentais capable de le faire. De plus, ma famille est venue d'Ottawa pour me soutenir et la petite accolade avec ma mère m'a fait beaucoup de bien. Face au jury, je me suis dit que c'était le moment ou jamais de montrer mon talent, sans trop en faire bien sûr. 

Et ce fut magique ! En quelques minutes de chorégraphie intense, j'ai pu enfin convaincre le jury et les résultats étaient disponibles avant le soir. J'ai été admis d'office à cette prestigieuse école qui me permettra de vivre mon rêve, celui de devenir un danseur professionnel.

 

The author:

author

Hummmm. Comment me décrire ? Réfléchi ? Non, ça fait trop sage. Introspectif ? Non, ça c’est pire. Mes amis diraient un tantinet ennuyant, et casse-pied aussi sans doute. Mais gentil, drôle et surtout fiable. Cette espace, je le partage avec vous lecteurs, en espérant un échange non-censuré et sans jugement.